Mon voyage au Québec n°1

 

 

Environ six heures après le décollage, toujours très impressionnant de Mexico, je suis arrivée de bonheur et de bonne humeur au Canada, plus précisément, au Québec, à Montréal.
Malgré la fatigue et la faim, car dans l’avion nous n’avons pas eu de petit déjeuner (crise économique oblige  je suppose ou bien le billet d’avion n’est pas encore assez cher pour inclure un tel service…) je décide de prendre un bus pour rejoindre l’auberge de jeunesse. De toute façon, pas question de prendre un taxi car je dois faire attention à mon budget. Je voyage sac à dos, avec un tout petit budget, donc je n’ai pas beaucoup de marge pour les grosses dépenses, ni les caprices de la fatigue, qui dans ce cas précis me feraient bien prendre un taxi. Mais bon, il ne vaut mieux pas pour moi que je cède tout de suite si non je devrais dormir dans la rue avant la fin de mon voyage.

Le bus:
Premier contact avec un canadien québécois: le chauffeur.
Super cool, gentil et souriant avec tous les passagers. Il se souvenait de tous les arrêts que les passagers-touristes-nouveaux-venus au Québec lui avaient demandé.
Durant ce court transfert j’entends parler espagnol avec l’accent mexicain. Bien évidemment je fais ma curieuse et leur demandent de quelle ville ils viennent et ce qu’ils vont faire au Québec. C’est un voyage de 3 semaines dans une famille d’accueil pour perfectionner leur français. Ils sont un peu inquiets à l’idée d’être séparés dès leur arrivée à la gare centrale de Montréal …

 

 

Ça y est, c’est mon arrêt !
Je descends du bus et vérifie dans mon carnet de voyage les explications que l’on m’avait données. Un trou. Un trou ou un oubli de la part de l’auberge, je ne sais pas si je dois aller à droite ou à gauche … Ça commence bien … Je demande donc la rue à un monsieur qui ne semble pas la connaître, mais il m’envoie vers l’est. Après avoir fait le tour du pâté de maisons pour rien, je reviens à mon point de départ. L’arrêt de bus…
La rue est déserte, pas un québécois en vue, pas un vélo, pas un écureuil. Ah si !! Voilà enfin un passant qui lui m’indique avec exactitude l’auberge. Ce n’était vraiment pas loin …

L’auberge:
“Bonjour Hi !”  Voici un accueil très chaleureux dans les deux langues,qui me met tout de suite à l’aise. Je sens que je vais me sentir bien ici. La réservation faite par internet a bien été enregistrée, ma chambre m’attend et la douche aussi.

Je monte donc mes affaires au quatrième étage sans ascenseur, ce qui d’habitude ne me pose pas de problèmes, mais c’est quand même un peu lourd et comme dirait ma chère maman: “Tu n’as plus vingt ans !”.

Je m’installe, fais mon lit. J’ouvre ma valise et découvre avec horreur qu’ils l’ont vandalisée!!! Qui ? Je suppose les personnes qui travaillent à l’aéroport de Mexico ou ceux de la compagnie aérienne du même pays et presque du même nom. Si vous voyez ce que je veux dire. Ma valise a eu le malheur de rester près de 8 heures en connexion à Mexico … Tous mes vêtements sont en désordre, en boule, froissés. Je découvre une robe avec la manche déchirée. La bouteille de parfum achetée au duty free, et qui était dans un sac en plastique scellé, conforme pour passer la douane, hors du sac, hors de sa boîte en carton, ouverte, au milieu de mes vêtements !! Mon cœur bat la chamade de colère et de déception, de frustration aussi de ne pouvoir rien faire. Je me plaindrai donc à la compagnie aérienne car tout ceci n’est pas normal. J’essaie de me calmer.
Je sors des vêtements propres et vais me doucher. Bien fraîche et reposée, je descends les quatre étages que je venais de monter et décide d’aller de ce pas découvrir ou plutôt redécouvrir cette belle ville de Montréal que j’avais déjà eu la chance de visiter  dix ou douze ans plus tôt. Afin de mieux être préparée à cela je m’arme du plan de la ville que l’on m’a donné à l’accueil. On ne sait jamais…

 

 

La ville:
Aujourd’hui pas de musée.  Je préfère marcher et me perdre dans les grandes rues et avenues de la ville du Mont Royal.
En sortant de l’auberge je me dirige tout droit d’un pas décidé, comme si je connaissais le quartier.  Je me souviens très bien de mon précédent séjour ici mais je dois avouer que ce quartier m’est complètement inconnu. Je monte la rue jusqu’au moment où je croise beaucoup beaucoup de monde ! Tout était désert. Toutes les personnes se trouvent donc dans un seul et même endroit ? Une grande rue commerçante: rue maisonneuve street. Bilinguisme oblige les panneaux sont dans les 2 langues. Je me mélange à la foule et à ma grande surprise n’entends pas beaucoup ce bel accent québécois que l’on aime tant en France. En revanche des dizaines de langues différentes se mélangent, venues du monde entier. Comme Montréal a beaucoup changé, me dis-je. Je continue à me mélanger. Je marche. J’observe. J’écoute. Les gens sont tous assez détendus, pas d’agressivité ni de stress dans l’air. Je vais dans un café. Je continue à observer les gens assis, seuls ou pas et ceux qui passent dans la rue. Je profite d’être là pour regarder sur la carte où je me trouve et dessine un petit parcours un peu plus organisé pour le reste de la journée. Je ne suis pas du tout fan de shopping. Je sors mon guide voyage et commence à étudier ce que je pourrai faire aujourd’hui. Deux cafés et un muffin plus tard, je reprends la route. Il y a toujours autant de monde dans cette rue et dans les magasins! Ah mais bien sûr ! C’est la période des soldes ! Voilà donc la raison pour laquelle ils sont tous ici …

La promenade:
Je décide d’aller voir quelques maisons victoriennes et églises. Je marche dans les environs de ce quartier bien animé et vois beaucoup d’églises, dont la plupart sont anglicanes. Il y a toujours quelqu’un dans l’église qui vous accueille très gentiment, vous pose des questions sur votre origine et vous invite à la prochaine messe. Quant aux maisons victoriennes, elles ont beaucoup de charme. Je ne sais pas si elles sont vraiment confortables et facilement aménageables à l’intérieur, mais elles sont belles et élégantes.

Le temps est passé très vite. J’ai fait une belle balade mais je vais rentrer dîner, ou encore souper comme disent les québécois. Eh oui, il y a quelques différences dans le vocabulaire !
Attention si vous allez au Québec, le matin on prend le déjeuner, le midi le dîner et le soir le souper !!!


, , ,

Trackbacks/Pingbacks

  1. Mon voyage au Québec n°2 | ParisMonterrey.com - August 15, 2011

    […] Mon voyage au Québec, partie 1 […]

Leave a Reply

Leave your opinion here. Please be nice. Your Email address will be kept private.